Les polyphénols

Les polyphénols forment une famille d’antioxydants majeurs.

Leur effet protecteur s’applique aux membranes et à l’ADN cellulaires. De ce fait cela leur permet de prévenir certaines mutations responsables de cancérisation.

Pour la petite histoire

Certaines études épidémiologiques humaines montrent une corrélation positive entre une consommation régulière et modérée de vin rouge. En effet c’est une source concentrée de polyphénols, et cela a provoque une incidence plus faible de maladies cardiovasculaires (ex : athérosclérose) chez l’homme. C’est ce qu’on appelle couramment le “paradoxe français” ! Chiens et chats sont en revanche peu sujets à l’athérosclérose, car ils possèdent moins de cholestérol LDL (ou “mauvais cholestérol”) que l’homme.

Rôles dans l’organisme

Dans un premier temps l’intérêt majeur des polyphénols réside dans la lutte contre les espèces réactives de l’oxygène (radicaux libres). Cela a pour but de limiter les effets néfastes d’un stress oxydatif. De plus l’incorporation alimentaire de polyphénols de thé vert peut avoir un intérêt pour l’hygiène buccale. Certains composés inhibent en effet la croissance des bactéries de la plaque dentaire, à l’origine de la maladie parodontale, fréquente chez les animaux âgés. L’intérêt des flavanols, une catégorie particulière de polyphénols, a aussi été noté lors de maladie rénale et cardiaque. Ils stimulent la production d’oxyde nitrique qui induit une relaxation des fibres musculaires lisses des vaisseaux sanguins. Une administration quotidienne de flavanols est associée à une baisse de la pression artérielle.

Sources naturelles

Il existe plus de 8000 types de polyphénols connus, que l’on trouve dans tous les organes végétaux. Ils interviennent dans la pigmentation (tanins), la croissance, la reproduction et la résistance des plantes contre les maladies. Le raisin, le thé vert et le cacao sont les plantes les plus riches en flavanols.