Les acides gras oméga 3

Les acides gras oméga 3 sont valorisés de part leurs rôles pour alimenter au mieux les chiens de sport, les chiens et chats vieillissants ainsi que les animaux souffrant de maladies inflammatoires chroniques (arthrose, insuffisance rénale chronique, diarrhées inflammatoires, maladies de peau).

Pour la petite histoire

Les acides gras oméga 3 constituent une famille d’acides gras essentiels. Elle regroupe des acides gras indispensables, nécessaires au développement et au bon fonctionnement du corps humain, mais que notre corps ne sait pas fabriquer. Ils constituent une famille particulière à l’intérieur de la catégorie des acides gras polyinsaturés. Cette famille dérive d’un acide gras, contenant 18 atomes de carbone et 3 doubles liaisons chimiques, dénommé acide alpha-linolénique (ALA). De ce dernier dérivent 2 autres acides gras plus longs mais très importants, appelés EPA (acide eicosapentaénoïque) et DHA (acide docosahexaénoïque).

 

Rôles dans l’organisme

Les intérêts des acides gras oméga 3 sont nombreux :

rôle anti-inflammatoire, en inhibant la synthèse de certains médiateurs chimiques de l’inflammation ;

amélioration des performances sportives et de l’oxygénation cérébrale (cas de l’animal âgé) ;

amélioration des capacités d’apprentissage chez le jeune.

Les acides gras omégas 3 sont nécessaires au développement et au fonctionnement de la rétine, du cerveau et du système nerveux. Des apports suffisants en omégas 3 sont donc primordiaux chez la femme en âge de procréer, chez la femme enceinte, chez la femme allaitante ainsi que chez l’enfant.

 

Sources naturelles

 Ce nutriment aux vertus incontestées se trouve par exemple dans le colza, le soja ou le poisson.

Certaines huiles végétales (lin, colza, soja) contiennent une quantité non-négligeable d’ALA, précurseur d’EPA et de DHA. En revanche, ces derniers ne se trouvent sous forme concentrée que dans les huiles de poisson. (en proportions différentes selon le type de poisson) et dans les algues.