Les acides aminés soufrés

Les acides aminés soufrés sont indispensables à la synthèse de la protéine majeure du poil, la kératine. L’insuffisance d’apport en acides aminés soufrés se traduit par une chute de poils, un ralentissement de la pousse et un pelage d’aspect général terne et cassant.

Pour la petite histoire

Parmi les acides aminés figurent les acides aminés soufrés. Le soufre entre dans la composition d’un acide, la méthionine (MET), duquel ils dérivent tous dont la cystine, la taurine, la carnitine ou encore le glutathion. Les synthèses nécessaires pour l’entretien de la peau et du pelage peuvent représenter jusqu’à 30 % du besoin protéique quotidien d’un chien adulte.

 

Leurs rôles dans l’organisme

Seule la méthionine est considérée comme  indispensable. Cependant, si la cystine est apportée en quantité suffisante, elle peut permettre d’économiser la méthionine pour d’autres fonctions. Le métabolisme des acides aminés soufrés produit de l’acide sulfurique, éliminé par voie urinaire. C’est pourquoi le régime naturel des carnivores, tend à produire une urine acide. De nombreuses études animales ont démontré que les régimes alimentaires limitant ces acides étaient bénéfiques à longévité des animaux.

 

Sources naturelles

D’une manière générale, ces acides sont très présents dans les sources de protéines d’origine animale. Ils font donc rarement défaut dans l’alimentation des chiens et des chats, à l’exception des régimes végétariens non complémentés. Le chien est toutefois moins sensible que le chat à de telles carences. Méthionine et cystine sont particulièrement abondantes dans les protéines d’œuf, de poisson et dans la caséine du lait. Les glutens de blé et de maïs sont également très riches en méthionine et cystine. On les trouve dans de nombreux aliments, mais ils sont généralement présents en grande quantité dans les œufs, le poisson, la viande rouge et le poulet. « Les personnes qui consomment beaucoup de fruits et légumes consommeront des quantités moindres d’acides aminés soufrés. Ces résultats confirment aussi les effets bénéfiques des régimes végétaliens ou à base de plantes », conclut le chercheur Zhen Dong, diplômé du College of Medicine.