LA COMMUNICATION AU CONSOMMATEUR

La communication au consommateur toujours plus lisible

 

Tout d’abord trois grands domaines sont encadrés par des règlements officiels ainsi que par des règles volontaires.

L’étiquetage

En premier lieu l’étiquetage des emballages (unités de vente au consommateur) comportant des mentions obligatoires laissent un espace d’expression aux producteurs. Cela permet de montrer aux consommateurs les avantages du produit et ainsi d’apporter des conseils d’utilisation. De plus les règles d’étiquetage précisées dans des textes réglementaires communautaires officiels permettent,

en outre d’homogénéiser l’étiquetage des aliments.

Ce qui permet de parler le même langage et de pouvoir comparer les produits.

Par conséquent l’industrie se dote actuellement d’un code de bonnes pratiques et de réglementations précises.

En fonction des progrès techniques mais aussi des connaissances en matière de diététique féline et canine. Cela permet d’apporter au consommateur et à l’administration une transparence totale quant à la composition des aliments, la nature et la qualité des matières premières.

De ce fait cette démarche est commune à tous les adhérents de la FACCO.

Pourquoi un code ?


L’industrie d’aliments préparés pour animaux familiers est une industrie jeune.

A propos : elle née à la fin des années 50, début des années 60.

Il est apparu alors aux membres de notre fédération professionnelle, la nécessité de décrire les textes régissant l’étiquetage.

Ce qui a permis par la suite de rassembler les différentes pratiques, notamment en termes de communication.

C’est autour de cette idée que la première version de ce que nous appelons communément le « code FACCO » a vu le jour en 1972.

Dès son origine, il a été partagé avec la DGCCRF.

Ils ont vue dans ce document la volonté et la responsabilité d’une profession à faciliter les relations avec les autorités de tutelle.

Les règles sont simples, comprises et partagées par tous les opérateurs.

Pour quelle utilisation ?

– En interne à la profession, le code est une « bible ». Elle analyse et explique les règles officielles et volontaires à utiliser dans la préparation et la rédaction des textes figurant sur les emballages consommateurs. Utilisé également par les services Réglementations, Qualité et Marketing des fabricants d’aliments.
– En externe à notre Profession, il est le langage commun utilisé entre les autorités de tutelle (DGCCRF) et les partenaires industriels et commerciaux.

Que comporte-t-il ?

 

• Des définitions. • Les règles d’étiquetage issues de la réglementation • Les mentions obligatoires (chapitre 1) • Les mentions facultatives (chapitre 2) • Les règles spécifiques se rapportant aux produits diététiques • Les règles relatives à la communication commerciale (bonnes pratiques) • Des annexes rappelant les principales dispositions réglementaires (dont l’annexe 6 spécifiant la liste des aliments diététiques autorisés par l’Union européenne).

Comment vit-il ?

Le code FACCO a été régulièrement révisé, notamment lors de la publication de nouveaux textes législatifs. La dernière version date de février 2001.

C’est un nouveau Code de Bonnes Pratiques de Communication, s’inscrivant dans le cadre des procédures du Règlement communautaire 767/2009. Actuellement soumis à l’approbation de la Commission – DG SANCO. Ce nouveau Code, applicable sur l’ensemble de l’Union européenne, a été mis en œuvre dès la mise en application du nouveau Règlement et dès sa reconnaissance par la Commission, par publication au Journal Officiel de l’Union Européenne.

Les allégations commerciales auxquelles doit correspondre la réalité des bénéfices déclarés pour le produit.

Les domaines d’allégation sont précisés dans des textes communautaires officiels et dans les codes de bonnes pratiques de la Profession.

La communication sous toutes ses formes : publicité dans les médias télévisuels, écrits, et parlés, les leaflets, l’affichage etc.…, dossier transverse intéressant d’autres filières et précisé dans des textes nationaux (Code de la Consommation), par des règles d’éthique (Autorité de Régulation Professionnelle de la Publicité – ARPP) et des guides de bonnes pratiques de la Profession.

 

L’environnement

Dossier résolument transverse, l’Environnement est encadré par des textes applicables à toutes les filières industrielles. Il n’existe donc pas de règles officielles ou de règles volontaires spécifiques à notre Profession.