Les aliments sont-ils des médicaments ?

La campagne d’informations sur les idées reçues en matière de santé des animaux de compagnie continue ! Aujourd’hui, il s’agit de différencier les aliment des médicaments.

En effet si on attend de tout aliment qu’il ne rende pas malade celui qui le consomme,
un aliment ne peut pas guérir ou prévenir une maladie sinon il s’agit d’un médicament. Ce
dernier doit alors disposer d’une autorisation de mise sur le marché (AMM). De même, si un
aliment reprend un objectif nutritionnel particulier, défini dans une liste positive validée par la
Commission Européenne, il doit en respecter les prescriptions (composition, type d’aliment,
complet ou complémentaire). C’est le cas par exemple des aliments spécialement formulés pour
aider à la prise en charge de l’insuffisance rénale, de l’ostéoarthrose, du diabète ou encore de l’obésité. Ces aliments se donnent uniquement sur la recommandation d’un vétérinaire.

 

Il existe un cas particulier, l’aliment médicamenteux.

Un aliment médicamenteux s’agit d’un aliment auquel a été ajouté un médicament pour favoriser sa prise. Cependant, cela reste un médicament (jusqu’au 28 janvier 2022, date d’entrée en vigueur du Règlement (UE) 2019/4 concernant la fabrication, la mise sur le marché et l’utilisation d’aliments médicamenteux pour animaux !) nécessitant une ordonnance.

 

Enfin, toute allégation doit pouvoir être justifiée ! Un fabricant ou un distributeur doit détenir
les documents, études ou analyses prouvant ses dires. Que ce soit sur la composition de son
aliment, sur les allégations relatives à ce dernier ou encore sur la comparaison avec d’autres
produits… RIEN ne peut être dit sans PREUVE.