Les fibres alimentaires

aussi appelées Total Dietary Fibre (TDF)

Les récents progrès dans la connaissance des composants des fibres des aliments permettent, en s’intéressant à la qualité et à la teneur introduite dans la ration, de mieux prévenir ou traiter des maladies. Des maladies tel que l’obésité, le diabète, les constipations, les diarrhées…

Pour la petite histoire

La cellulose est une très grosse molécule. Elle est composée de milliers d’unités glucose reliées entre elles par des liaisons chimiques plus solides que celles trouvées dans l’amidon. Cependant la cellulose ne représente qu’une partie des fibres totales rencontrées dans les aliments. Les fibres alimentaires regroupent en effet d’autres substances végétales fibreuses, solubles ou insolubles. Dans ces substances végétales on retrouve les :   hémicelluloses, pectines, lignine et les fibres oligo-saccharidiques. La cellulose seule n’a donc pas une grande signification nutritionnelle. Même malgré le fait que la “cellulose brute” fasse partie des analyses déclarées sur les étiquettages.

Rôles dans l’organisme

Les rôles des fibres dans l’organisme dépendent de leur nature. Indigestibles et insolubles (cellulose pure, lignine), elles jouent un rôle de lest dans l’intestin, permettant à celui-ci de fonctionner mécaniquement en stimulant les mouvements de contraction (péristaltisme). Solubles, elles peuvent jouer un rôle important sur la santé et l’hygiène du tube digestif (FOS, MOS). Un apport de fibres suffisant est important pour encourager la satiété chez les animaux menacés par l’embonpoint, et chez les chats sédentaires, prédisposés à former des boules de poils dans le tube digestif.

Sources naturelles

Les fibres constituent les éléments de soutien des plantes, sorte de squelette externe qui leur confère leur forme. On comprend mieux ainsi la grande diversité des molécules regroupées artificiellement sous le terme “fibres” ; il suffit par exemple de comparer un tronc d’arbre à une carotte ou un haricot vert…