Le calcium

Un apport calcique adapté au stade physiologique et au format de l’animal permet de prévenir les maladies. Notamment les maladies carentielles (ostéofibrose) ou d’excès (calcifications anarchiques). De plus la croissance et la période d’allaitement sont très demandeuses en calcium.

Pour la petite histoire

Le calcium est un élément minéral majeur. C’est un métal alcalino-terreux. En nutrition on retrouve le macroélément minéral, qui, de par son importance quantitative pour l’organisme joue un rôle important. Un équilibre est à respecter entre calcium (Ca) et phosphore (P) : dans l’aliment, le rapport Ca/P doit être compris entre 1 et 2.

Son rôle dans l’organisme

Dans un premier temps le calcium joue deux rôles fondamentaux dans l’organisme. En effet quatre vingt dix neuf pour cent du calcium de l’organisme est fixé dans le squelette, à qui il confère, avec le phosphore, sa solidité. Ensemble, ils forment le « ciment » de l’os. Il est également un élément qui permet le transfert d’informations entre les cellules et la transmission de l’influx nerveux. Par ailleurs, si le niveau de calcium de l’aliment est très élevé, un jeune chiot est incapable de s’adapter à cet excès. Par la suite le chiot continue d’absorber passivement au moins 30 à 40%du calcium ingéré. Cela peut entraîner un risque de développement anormal du squelette.

Sources naturelles

En outre on trouve le calcium, sous forme de sels minéraux, dans les os de mammifères, ainsi que dans des sources minérales tels le carbonate de calcium (craie) ou les phosphates de calcium.