La carnitine

Sur le plan physiologique, la carnitine facilite l’utilisation des graisses comme carburant de la cellule ; elle est donc très utile et efficace lors de l’effort physique, en particulier de longue durée. Par ailleurs, chez certains chiens (Boxer, Doberman, Cocker…), une maladie cardiaque grave peut être liée à un déficit de production ou de transport de la carnitine par l’organisme. L’amaigrissement de l’animal obèse enfin, peut être accéléré par un ajout de carnitine à l’aliment.

Pour la petite histoire

C’est un acide aminé non indispensable. L’organisme est normalement capable de fabriquer à partir de deux autres acides aminés : la lysine et la méthionine. Elle ne devient indispensable dans l’alimentation que lorsque l’organisme ne peut pas en synthétiser assez pour couvrir le besoin. Sa structure chimique admet deux formes de la molécule, appelées D et L. Seule la L est active et efficace.

 

Son rôle dans l’organisme

La production d’énergie dominante chez le chien et le chat a lieu surtout grâce à l’oxydation des graisses dans les mitochondries (petites centrales énergétiques se trouvant dans les cellules). La carnitine intervient à ce niveau, en permettant le transport des acides gras à travers la membrane qui entoure chaque mitochondrie. La carnitine a également un rôle important pour la reproduction. Certaines espèces, ont un supplément de carnitine durant la gestation. La lactation augmente le poids des nouveau-nés ainsi que le nombre d’animaux par portée. Dans l’organisme, la carnitine est principalement synthétisée par le foie et les reins. Celle du commerce est synthétisée en laboratoire et vendue comme supplément alimentaire sous la forme de L et de l’acétyl-L (en capsules, en comprimés, en poudre à diluer, etc.). La L est hydrosoluble tandis que l’acétyl-L est liposoluble (soluble dans les graisses).

 

Sources naturelles

Outre la synthèse dans le foie, l’alimentation est une autre voie d’approvisionnement. Si la quantité de carnitine contenue dans les végétaux est négligeable, les viandes fraîches en sont riches. Particulièrement celles de mouton et d’agneau.