Foire Aux Questions

Foire aux questions de la FACCO

La FACCO est un acteur pour l’alimentation animale. En effet, la fédération des fabricants d’aliments pour chiens, chats, oiseaux et autres animaux familiers a pour mission d’être le référent en nutrition des animaux de compagnie pour défendre la qualité nutritionnelle, la sécurité des aliments et contribuer au bien-être des animaux de compagnie. Notre fédération est une association qui fédère 35 fabricants auprès des pouvoirs publics sur les sujets de l’alimentation animale.

Voir la vidéo

Pour assurer cette mission, la FACCO s’entoure d’experts, de scientifiques, de nutritionnistes et travaille en étroite collaboration avec les autorités nationales et européennes. La FACCO et ses adhérents s’appuient sur 3 outils, qui sont des règles volontaires. Ils viennent s’appliquer en sus de la réglementation :

  1. Le guide nutritionnel, rédigé avec l’aide d’experts scientifiques indépendants, fournit des recommandations sur les niveaux minimum et maximum d’éléments nutritifs pour formuler une alimentation animale équilibrée et répondant aux besoins de l’aliment, quel que soit son stade de vie.
  2. Code de bonnes pratiques d’étiquetage, dit code FEDIAF, facilite la lecture voire complète la réglementation en matière d’étiquetage. Il permet également une approche harmonisée au sein des 28 états membres.
  3. Guide de bonnes pratiques d’hygiène et de fabrication : en matière d’hygiène et de sécurité pour garantir un produit sain et sûr. Il couvre un périmètre allant du choix des ingrédients à la distribution des produits finis, en passant par la fabrication.

Ils sont élaborés par la FEDIAF, notre association européenne, auxquels les représentants de la FACCO participent activement.
La Commission Européenne et les experts nationaux de chaque état membre valident le code FEDIAF et le guide de bonnes pratiques d’hygiène et de fabrication.
Tous les adhérents de la FACCO sont tenus de suivre ces guides et d’appliquer la réglementation.
Le respect de la réglementation est garant auprès des consommateurs par les autorités nationales, notamment par la DGCCRF et la DGAl.

Voir la vidéo

Pas du tout ! Il s’agit d’un terme réglementaire que l’on nous impose par la législation européenne à laquelle nous devons nous conformer. On retrouve de nombreuses parties de l’animal dans les aliments pour animaux de compagnie. Elles peuvent ne pas paraître attrayantes pour nous, mais nos animaux les apprécient énormément.
Par exemple, dans l’alimentation animale on utilise couramment les reins, la rate, les poumons et les parties de poisson laissés après la transformation. De même, ils constituent une excellente source de protéines, d’acides aminés essentiels et d’autres nutriments précieux.

Ces matières premières proviennent d’animaux abattus sous contrôle vétérinaires. Les vétérinaire les déclarent propres à la consommation humaine.
La priorité des adhérents de la FACCO est de rechercher des ingrédients de valeur nutritive pour produire un aliment pour animaux de grande qualité, équilibré sur le plan nutritionnel et agréable au goût.

Voir la vidéo

Quand on interroge les propriétaires de chiens & chats, mais surtout les propriétaires de chiens on s’aperçoit que près de 70% donnent quotidiennement des à-côtés à leur chien ou chat. Donc plutôt que de donner un sucre, un reste de table ou pire un morceau de chocolat, les propriétaires ont maintenant à leur disposition des friandises.

Pour répondre à l’attente de ces propriétaires qui veulent donner un petit plus, on fabrique des friandises plus saines et équilibrées qu’auparavant. Au bout du compte c’est une bonne chose.

Notre recommandation, ne donnez pas plus de 10% de friandises à votre animal.
Dans le cas contraire, il y a lieu de modifier la quantité de nourriture quotidienne de l’animal.

Voir la vidéo

En effet les glucides n’apparaissent pas forcément dans la composition indiquée sur l’étiquette. La législation de l’étiquetage fait que l’on doit mettre un certain nombre d’éléments, comme les protéines, les matières grasses et les vitamines, mais peuvent ne pas apparaître les glucides. Vous allez trouver les ingrédients qui apportent des glucides par exemple les céréales ou les pommes de terre.

Pour autant, aujourd’hui, si un consommateur souhaite avoir la précision du taux de glucides qui se trouve dans l’aliment qu’il donne à son chien ou son chat il peut très bien en faire la demande au service consommateur de la société qui fabrique l’aliment. Cette réponse existe et le service consommateur se fera un plaisir de lui donner la réponse.

Voir la vidéo

En effet, on parle de plus en plus de BARF qui est un acronyme et signifie BONES AND RAW FOOD. Autrement dit, un aliment que l’on fabrique uniquement avec de la viande, des os, des légumes crus. Beaucoup de gens parlent de BARF alors qu’ils donnent une ration ménagère avec de la viande, du riz et des légumes. Une ration ménagère doit s’équilibrer en utilisant des compléments minéraux et vitaminés pour avoir un bon équilibre de la ration.

Pour le BARF c’est exactement pareil, il importe de donner des compléments à la ration parce que si l’on utilise juste les ingrédients de base on aura une ration qui ne sera pas équilibrée. Il n’est pas facile de l’équilibrer tout en assurant l’apport nutritionnel. Et au-delà de l’apport nutritionnel, il y a un autre élément à considérer quand on parle de BARF c’est le côté sanitaire. Les personnes qui utilisent du BARF pour leurs chiens et chats manipulent des morceaux de viande.

Attention, vigilance est de rigueur car ces morceaux peuvent transmettre des bactéries comme la salmonelle, qui est une maladie mortelle. Elle peut poser des problèmes pour les chiens et chats, mais la contamination à l’homme est encore plus importante à considérer.

Voir la vidéo

Non pas du tout. Le guide et le code FEDIAF répondent à une demande de la Commission européenne. Ils viennent en complément de la réglementation. Cette réglementation fixe généralement les objectifs généraux et n’est pas précise dans ses demandes. Ces codes et ces guides viennent donc en complément pour aider les industriels à appliquer la réglementation pour garantir un produit sûr, sain et conforme.

Par ailleurs, une fois élaborés par la profession, la Commission européenne valide. Mais également les experts nationaux de chaque état membre.
Tous les adhérents doivent les suivre et appliquer la réglementation pour garantir le bien-être de nos animaux.

Voir la vidéo

La nourriture pour chiens et chats est formulée différemment car les chiens et les chats ont des besoins nutritionnels différents. Un aliment complet et équilibré fournit tous les éléments nutritifs nécessaires dans les bonnes proportions pour l’animal.

Les aliments pour chiens fournissent tous les nutriments dont un chien a besoin pour rester en bonne santé, mais ils ne sont pas formulés pour fournir les nutriments supplémentaires dont les chats ont besoin dans leur alimentation.

Bien que les chats et les chiens appartiennent au même ordre, celui des carnivores, le comportement alimentaire du chien est omnivore, tandis que le chat est un carnivore obligatoire. Cela signifie que les chats doivent avoir dans leur alimentation certains nutriments que l’on ne trouve que dans les ingrédients d’origine animale comme la taurine ou les vitamines A et D3.

Voir la vidéo

Il faut distinguer les additifs des matières premières. Pour faire simple, une matière première a pour caractéristique de satisfaire les besoins nutritionnels tandis que les additifs vont être ajoutés pour avoir un effet positif sur la conservation ou la présentation d’un aliment ou apporter des vitamines ou minéraux.
Seuls les matières premières et additifs autorisés par la Commission Européenne peuvent être utilisés.

Afin de fabriquer une alimentation animale équilibrée et saine, nous avons besoin de :

  • protéines, pour la croissance, la réparation des tissus du corps ou pour la reproduction. Les protéines sont d’origine animale ou végétale. Les protéines animales sont issues d’animaux qui ont été déclarés propres à la consommation humaine. Les protéines d’origine végétales, quant à elles, peuvent être
    apportées par des céréales et des légumineuses.
  • glucides, pour l’énergie et le transit, apportés également par les céréales.
  • lipides, pour l’énergie et les acides gras essentiels au bon développement de l’animal. Ils sont apportés par des huiles et des graisses d’origine végétale ou animale.
  • Vitamines, minéraux et autres oligoéléments pour réguler le métabolisme. Ils sont apportés par les différentes matières premières utilisées mais également par les additifs.

Voir la vidéo

Nous utilisons des additifs technologiques, nutritionnels et sensoriels.

Les additifs technologiques vont aider le produit à conserver ses propriétés organoleptiques et nutritionnelles dans le temps. C’est le cas des antioxydants par exemple, dont le but est d’assurer la bonne conservation. Par ailleurs, la technologie des emballages évolue améliorant aussi la conservation des produits.

Il y a également les nutritionnels qui vont permettre d’apporter les vitamines et autres oligoéléments nécessaires à la bonne santé de l’animal.
Les sensoriels regroupent les colorants et les arômes.

Les aliments pour animaux doivent répondre à des exigences réglementaires strictes en matière de qualité et de sécurité. Pour pouvoir commercialiser un aliment, vous devez obligatoirement obtenir un agrément de la part des services vétérinaires. Il ne vous sera délivré qu’après étude documentaire de votre dossier et visite sur site.

Par exemple, vous devrez prouver que vous avez mis en œuvre les moyens nécessaires pour mettre un aliment sûr sur le marché et que votre traçabilité est efficace. Par ailleurs, les services officiels inspectent régulièrement les sites. Cet agrément n’est pas définitif. Les services vétérinaires ont la possibilité de retirer ou de suspendre cet agrément après inspection.

L’ensemble de nos adhérents ont une personne en charge de la qualité dans leur personnel. Cette personne est responsable de la qualité et de la sécurité des produits et est la garante de la bonne application de la réglementation et des codes au sein de sa structure.

Voir la vidéo