Croquettes, la recette !

09.05.2018

Jean-Charles Duquesne, trésorier de la FACCO et Directeur Général de La Normandise vous propose la recette des croquettes.

1er service !

Formuler un aliment complet pour un animal de compagnie est un processus presque mathématique extrêmement logique, normé et règlementé. Le formulateur s’appuie donc sur des hypothèses de départ comme un ingénieur ferait pour résoudre un problème.

D’abord, on choisit l’espèce de destination : chien, chat ou une autre espèce ? Le chat n’est pas un petit chien et rien que cela change beaucoup les équations. Ensuite, le statut physiologique est important. Doit-on formuler un aliment pour un animal en croissance ou, à l’extrême, un animal âgé ? De plus en plus d’animaux de compagnie sont stérilisés par convenance et pour les protéger des nombreux cancers hormonaux-dépendant mais cela implique des équilibres très différents par rapport à un animal entier. Enfin, l’homme, de par sa proximité avec ses compagnons à quatre pattes, a sélectionné et amplifié des critères naturels plus ou moins influant sur l’alimentation en créant les races…

Cet exercice d’hypothèses s’appelle la diététique. C’est une discipline, liée à l’alimentation, qui tente d’apporter à un individu ou une classe d’individu l’aliment le plus équilibré et en phase avec ses besoins. Pour ce faire, le diététicien s’appuie sur une bibliographie scientifique importante et volumineuse résumée notamment dans les documents officiels de la FEDIAF qui édite régulièrement des recommandations. Chaque élément nutritionnel essentiel y est répertorié : acides aminés, vitamines, acides gras … Il existe un minimum, un maximum et un optimum pour presque chaque élément. Ensuite, il ne suffit pas de tout mettre au maximum. Des ratios régissent la diététique. Il y en a presque 40. Le plus connu et le plus consensuel est le ratio entre le Calcium et le Phosphore. D’autres sont plus débattus comme le rapport protido-calorique ou le rapport entre acides gras oméga 6 et omega 3…

D’un autre côté, des contraintes plus psychologiques et marketing sont dictées par le marché : elles sont éthiques, culturels, ou économiques. Ces contraintes vont amener un choix dans les matières premières mises en œuvre. C’est à ce moment que le diététicien rencontre le formulateur. Le résultat de leur travail amène une nouvelle recette et un nouveau produit toujours plus proche des besoins de nos compagnons et qui répondra aux attentes de plus en plus fortes des maitres que nous sommes.