LEXIQUE

Additifs :
Ce sont des substances ou des préparations qu’on utilise dans l’alimentation pour animaux familiers. En effet, elles permettent d’influencer favorablement les caractéristiques des matières premières pour aliments des animaux et de satisfaire les besoins nutritionnels des animaux. De plus elles permettent également d’améliorer la production animale. Notamment en influençant la flore gastro-intestinale ou la digestibilité des aliments pour animaux.
De ce fait, elles peuvent apporter dans l’alimentation des éléments favorables pour atteindre des objectifs nutritionnels particulier. Elles peuvent également répondre aux besoins nutritionnels spécifiques momentanés des animaux. Enfin, prévenir ou de réduire les nuisances provoquées par les déjections animales ou d’améliorer l’environnement des animaux.

Aliments des animaux familiers :

 

Animal d’élevage :
Tout animal détenu, engraissé ou élevé par les êtres humains. Puis utilisé pour la production d’aliments (y compris la viande, le lait et les œufs), de laine, de fourrure, de plumes, de peaux ou de tout autre produit d’origine animale.

Animaux familiers :
Les animaux appartenant à une espèce généralement nourrie et détenue, mais non consommés par les êtres humains dans un but autre que l’élevage

Appétence :
Attirance des animaux familiers provoquée par un aliment du fait de son odeur et/ou de sa saveur

Articles à mastiquer :
Les produits non tannés que les animaux familiers mâchent. Ils s’élaborent à partir de peaux d’ongulés ou d’autres matières animales

Autorité compétente :
L’autorité d’un État membre ou d’un pays tiers désignée pour effectuer les contrôles officiels.

Cendre brute :
Résidu d’incinération d’un produit après un séjour de plusieurs heures dans un four à très haute température. Ce résidu correspond à la fraction inorganique du produit. C’est-à-dire à la fraction minérale (sels minéraux, oligo- éléments). Ainsi, une fois que les composés carbonés également appelés organiques (protéines, lipides, glucides) se transforment en vapeur d’eau et gaz (CO2, etc…). C’est le nom officiel du dosage des substances minérales des aliments, dont le résultat figure sur l’étiquette des aliments.

 

Couverture calorique :
La couverture calorique est la proportion du besoin en énergie de la population d’animaux familiers assurée par les aliments préparés. Exprimée en %, elle se calcule à partir de différents facteurs. Ainsi la population animale, le poids moyen de l’animal, le besoin nutritionnel de l’animal en fonction de son poids, et le volume d’aliments préparés vendus. La couverture calorique 2006 s’estime en France à 75.9% pour les chats et à 71.7% pour les chiens.

 

Cuisson extrusion :
C’est un procédé de texturation en continu très utilisé en alimentation humaine (gâteaux apéritifs) et en alimentation animale (croquettes chien, chat, aliment poisson…).
Ainsi, le concept du procédé se décompose en deux étapes :

Date de durabilité minimale d’un aliment composé :
La date jusqu’à laquelle cet aliment conserve ses propriétés spécifiques dans des conditions de conservation appropriées. De ce fait, on la trouve dans les mentions « à utiliser de préférence avant… ».

 

Digestibilité :
Faculté d’un aliment ou de ses composants que l’organisme assimile au niveau du tube digestif.

Encéphalopathie Spongiforme Transmissible (EST) :
Quelque fois dénommée Encéphalopathies Spongiformes Subaiguës Transmissibles / ESST). Ainsi c’est une famille de maladies neurodégénératives des animaux incluant notamment l’ESB et la tremblante.

 

Energie métabolisable :
L’énergie fournie à l’organisme par un aliment provient de la combustion de ses nutriments dans l’organisme. Cette énergie dépend non seulement de la composition chimique d’un aliment, mais aussi de la digestibilité de ses composants. En effet, lorsque nous-même ou nos amis chiens et chats absorbons un aliment, nous consommons un potentiel d’énergie appelé « énergie brute » (EB). Ainsi, il se mesure en laboratoire comme la quantité de chaleur libérée lors de la combustion totale de l’aliment. Une partie de ce potentiel se perd dans les matières fécales, en raison de l’excrétion des composants de l’aliment qui ne se digèrent pas. C’est-à-dire absorbés ou assimilés au niveau de l’intestin. De plus, la partie assimilée de ce potentiel est appelée « énergie digestible » (ED). Une autre partie est perdue dans les urines et dans les gaz produits par le tractus digestif (cette perte par gaz est très négligeable chez nos amis chats et chiens). L’énergie métabolisable est donc le potentiel d’énergie qui reste (soit ED moins les pertes urinaires, et moins les pertes gazeuses). En d’autres termes, l’énergie métabolisable est l’énergie apportée par les nutriments, réellement disponible pour l’organisme.

Encéphalopathie Spongiforme Bovine (ESB) :
Ou maladie de la vache folle. Maladie à prion des bovins. Les symptômes se remarquent par des troubles du comportement de l’animal. C’est pourquoi cette maladie est aussi appelée : maladie de la vache folle.

HACCP (Hazard Analysis Critical Control Points. En français : Analyse des Risques pour leur Maîtrise) :

Système d’analyse de risques et de maîtrise des points critiques dont les étapes sont :

 

Hygiène des aliments pour animaux :
Les mesures et conditions nécessaires pour se prémunir contre les dangers et garantir le caractère propre à la consommation animale d’un aliment pour animaux, compte tenu de l’utilisation qui en est prévue.

Influenza aviaire :
L’influenza aviaire est une infection due à un virus de la famille des Orthomyxoviridae. Elle comprend plusieurs genres (ou types) dont Influenzavirus A. Celui-ci se divise en sous types parmi lesquels les sous-types H5 et H7. Cette infection peut toucher presque toutes les espèces d’oiseaux, sauvages ou domestiques. Elle peut être fortement contagieuse surtout chez les poulets et les dindes. Elle est susceptible d’entraîner une mortalité très élevée dans ces espèces d’où son nom de peste aviaire (maladie qui tue beaucoup). Le virus Influenza aviaire peut éventuellement infecter d’autres espèces animales comme le porc ou d’autres mammifères. On parle d’épizootie de grippe aviaire lorsque la maladie affecte brutalement un grand nombre d’animaux à la fois dans une région donnée.

Matières premières pour aliments des animaux familiers :
Les différents produits d’origine végétale ou animale à l’état naturel, frais ou conservés et les dérivés de leur transformation industrielle. Ainsi que, les substances organiques ou inorganiques comprenant ou non des additifs, qui sont destinés à être utilisés pour l’alimentation des animaux par voie orale. De ce fait, soit directement tels quels, soit après transformation. Ainsi, pour la préparation d’aliments composés pour animaux ou en tant que support des pré mélangés.

Mélanges de graines :
Les mélanges de graines sont considérés comme des aliments composés. En effet, ils peuvent être complets ou complémentaires.

OGM :
Les organismes génétiquement modifiés sont des organismes, à l’exception des êtres humains dont le matériel génétique se modifie d’une manière qui ne s’effectue pas naturellement par multiplication et/ou par recombinaison naturelle.

Protéines animales transformées (PAT) :
Issues de matières de catégorie 3 (coproduits d’animaux terrestres ou marins déclarés propres à l’alimentation humaine) traitées conformément au règlement (CE) n° 1774/2002. En effet, les PAT, qui présentent un intérêt nutritionnel pour les animaux carnivores ou omnivores, s’utilisent en tant que matières premières pour aliments des animaux.

Pet food :
Ce terme de langue anglaise s’utilise régulièrement en France pour désigner les aliments préparés pour animaux familiers

Produits biologiques :
L’étiquetage et la publicité d’un aliment composé pour animaux de compagnie ne peuvent comporter des indications faisant référence au mode de production biologique que dans la mesure où :

Ration journalière pour les animaux familiers :
La quantité totale d’aliments nécessaire apportée en moyenne par jour à un animal d’une espèce, d’une catégorie d’âge afin de satisfaire l’ensemble de ses besoins.

Stérilisation :
(voir la rubrique « Procédés de fabrication »)
La stérilisation est un traitement thermique (à température et temps élevés) qui permet une conservation à long terme des produits mis en récipients hermétiquement clos. En raison de la destruction des micro-organismes et des enzymes pouvant les altérer. Ainsi, le français Nicolas Appert a mis au point ce procédé au début du 19ème siècle. En effet, les applications en sont nombreuses et en particulier aux produits pour animaux familiers dits « humides » se présentant en boîtes métalliques, en barquettes et en sachets souples.

Substance indésirable :
Toute substance ou tout produit, (à l’exception des agents pathogènes) présent dans et/ou sur le produit destiné aux aliments pour animaux. Il présente un risque potentiel pour la santé animale, la santé humaine ou l’environnement. De plus, il est susceptible de nuire à la production animale.

Traçabilité :
La capacité de retracer, à travers toutes les étapes de la production de la transformation et de la distribution. De plus, le cheminement d’une denrée alimentaire d’un aliment pour animaux. Mais également d’un animal producteur de denrées alimentaires ou d’une substance destinée à s’incorporer. Enfin, une substance susceptible d’être incorporée dans une denrée alimentaire ou un aliment pour animaux.