Matières d’origine animale


Origine

Aucun animal n’est élevé dans le monde pour être destiné à notre Industrie. Ils le sont uniquement pour alimenter l’Homme.

Les matières d’origine animale sont rendues disponibles pour notre Industrie :

- en raison de nos propres coutumes alimentaires et de leur évolution. Le sociologue et directeur de recherche au CNRS Claude FISCHLER montre clairement les différences de comportement de l’homme face à son alimentation et l’évolution de ce comportement (cf. « L’homnivore et « Manger - Français, Européens et Américains face à l’alimentation » Editions Odile Jacob). L’alimentation humaine consomme par exemple de moins en moins d’abats (foie, rognon, estomac) et certains ne sont pratiquement plus consommés depuis des décennies (mamelle, poumon). Ces matières sont disponibles et utilisées dans les formules de nos produits.

- en raison du mode de consommation de l’alimentation humaine. Les américains sont les plus gros producteurs et consommateurs de volailles au monde mais n’achètent et ne mangent que de la volaille désossée. En France, la consommation de dindes entières n’existe que pendant la courte période de Noël, alors que nous en consommons toute l’année sous forme de filets, de rôtis, ou de morceaux découpés. Certaines parties de la volaille, résultant de la découpe (carcasses), ou impossibles, ou trop coûteuses pour être désossées en raison du coût de la main d’œuvre (cous, bas de cuisse) sont donc disponibles. Nous consommons de plus en plus de poissons en filets. Les sous-produits de filetage, de la filière congélation, des conserveries de poissons, sont donc également disponibles.

- en raison d’un déséquilibre momentané entre offre et demande de l’alimentation humaine, générant ainsi des surplus. L’estomac de porc est un composant essentiel de la recette de l’andouillette, principalement consommée en barbecue. Cette matière sera donc peu disponible pour notre Industrie l’été, mais disponible l’hiver. A contrario, l’estomac de bovins (panse, feuillet) constitue la base de la recette des tripes à la mode de Caen ou autre. Cette consommation humaine est forte l’hiver et quasi inexistante l’été. La matière sera donc disponible l’été pour notre Industrie.

Statut réglementaire et sécurité sanitaire

Quel que soit l’état physique de la matière - fraîche, congelée, déshydratée -, les règlementations européennes et françaises imposent que :

- toutes les matières d’origine animale soient issues d’animaux sains abattus en abattoirs placés sous le contrôle de vétérinaires officiels.

- ces matières ne puissent strictement provenir que d’animaux sains déclarés propres à l’alimentation humaine, après inspection vétérinaire post-mortem.

Il ne peut donc en aucun cas être utilisées de matières issues d’animaux morts d’accident ou de maladie, ou de matières dites “à risque spécifié” dans le cadre des mesures d’éradication de l’ESB, la totalité de ces matières, considérée “à haut risque” étant détruite par incinération.

S’il s’avère nécessaire d’importer des matières, elles sont alors accompagnées d’un certificat vétérinaire signé des services officiels du pays concerné, attestant du respect des conditions énoncées ci-dessus.

Provenance

- L’activité industrielle de notre filière n’échappe pas aux logiques géographiques en raison des coûts de transport. Selon les statistiques de la Profession pour l’année 2008, 76% sont des matières sont achetées en France et 23% dans les autres Etats membres de l’Union Européenne.

- Les fabricants d’aliments préparés n’achètent en fait dans les pays tiers que des matières dont la disponibilité européenne est faible ou inexistante en raison d’une consommation élevée en alimentation humaine.

Accueil | Plan du site | Mentions légales